Quelles stratégies d’apprentissage privilégier en tant qu’étudiant ?

Oops ! Problème technique d'affichageUn cours captivant concernant les stratégies d’apprentissage employées par les étudiants afin de mieux répondre aux exigences académiques est depuis quelque temps disponible en ligne sur le vidéoblog consacré au numérique de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ce cours est donné par Franck Amadieu, maître de conférences en psychologie cognitive à l’université de Toulouse Le Mirail et s’adresse principalement aux attachés temporaires d’enseignement et de recherche. Cela n’empêche cependant pas son intérêt pour tout étudiant préoccupé à augmenter l’efficacité de ses études. Nous allons donc décrypter pour vous les principaux points abordés par FA, en insistant particulièrement sur les bonnes attitudes méthodologiques à adopter quand l’on veut réussir.

trait-pointille-br-PECES

Selon des enquêtes spécialisées, les étudiants ont besoin de recourir à des stratégies spécifiques dans trois cas généraux que nous allons détailler ci-dessous :

  1. Ils ont une quantité massive d’informations diversifiées à traiter
  2. Ils veulent contrôler leur mode d’apprentissage afin de devenir plus efficaces
  3. Ils ont besoin de se motiver

1. Comment mieux traiter les informations ?

Franck Amadieu le souligne depuis le début de son cours : à l’opposé d’un étudiant moins astucieux se contentant souvent de neOops ! problème technique d'affichage mémoriser que les informations de surface, un étudiant avisé prendra toujours soin de les structurer, de les re-élaborer, selon des méthodes diversifiées. Par exemple, lors de l’étude d’un texte, une bonne habitude est de procéder à l’identification des idées principales. Celles-ci seront ensuite résumées et paraphrasées tout en faisant attention à éviter leur possible déformation plus ou moins volontaire. L’important, c’est d’arriver en fin de chemin à une hiérarchisation du contenu vous donnant la possibilité de vous l’approprier plus facilement. Dans ce sens, les fiches de lecture sont souvent des outils indispensables, car elles vous aideront à mieux saisir les articulations entre les différents éléments significatifs du texte.

Tout en sachant que votre mémoire est structuralement limitée, il s’agit par ailleurs d’appliquer les bonnes stratégies pour la maintenir pleinement fonctionnelle sans pour autant la saturer. Dans ce sens, une règle d’or est de toujours s’aider de ses connaissances déjà acquises pour mémoriser une nouvelle information. Il faut savoir aussi que la capacité de mémorisation est perfectible : plus on la travaille et plus on apprend vite.

2. Comment contrôler ses habitudes d’apprentissage ?

Oops  ! Problème technique d'affichageIl ne suffit pas d’être conscient des stratégies qu’on utilise couramment pour apprendre. Elles doivent ensuite être améliorées, dans un souci constant d’augmentation de l’efficacité. Face à la diversification impressionnante des ressources informationnelles, il s’agit finalement de saisir rapidement l’information utile, d’être capable de la stocker et de la ré-employer, sous sa forme adaptée, dans une situation nouvelle.

Pour cela, l’étudiant doit être capable de planifier. Cela suppose une organisation des tâches par priorité, par complexité, une analyse préliminaire des ressources disponibles, une segmentation du projet par étapes, la fixation de délais, ainsi que l’évaluation des résultats obtenus. De plus, la capacité de gérer plusieurs projets à la fois devient aujourd’hui indispensable. Toute cette activité de gestion des ressources et de planification des actions conduit finalement à une capacité d’auto-contrôle, d’auto-régulation qui rend l’étudiant l’acteur de son propre apprentissage. Savoir modifier ses stratégies d’étude en fonction de circonstances diverses est un pas de plus vers la réussite.

3. Comment se motiver davantage ?

Tout d’abord, il est essentiel de croire en ses propres forces, dit Franck Amadieu. Se valoriser, se dire qu’on est capable. Les tâches deOops ! Problème technique d'affichage votre vie étudiante sont autant de défis que vous devez relever sans avoir peur d’un éventuel échec. D’ailleurs, il faut renoncer à cette idée que l’erreur est interdite. Elle fait partie intégrante de votre apprentissage, autrement dit il est impossible d’apprendre sans parfois se tromper. Et même lorsque vous vous trompez, soyez persistants, cherchez des solutions alternatives, essayez par d’autres voies. L’une sera assurément faite pour vous.

Finalement donc, qu’est-ce qu’un bon étudiant ? FA donne une réponse en trois parties, basée sur des enquêtes personnelles : le bon étudiant est intelligent (donc il comprend et s’adapte rapidement), participatif (il agit en son milieu et collabore avec les autres) et motivé (il a des projets). Maintenant, c’est à vous de vous approprier cet article à la manière d’un bon étudiant !

Oops ! Problème technique d'affichage

Cela dit, nous sommes loin d’avoir épuisé le contenu extrêmement intéressant du cours de Franck Amadieu. A ceux qui veulent avancer dans le sujet, nous leur conseillons de le voir intégralement ici.

-MD-

Publicités

Le Grand Oral des écoles de commerce 2013 : à quels types de questions s’attendre ?

Après les épreuves écrites, qui se sont déroulées en mars-avril, arrivent les entretiens de motivation, passage obligatoire pour ceux et celles qui veulent intégrer une grande école de commerce. Sachant le coefficient important qui leur est attribué, une préparation méthodique et rigoureuse est la condition obligatoire pour les passer avec succès. PECES vous donne un aperçu des questions auxquelles vous devez vous attendre de la part du jury.
Nuage mots 2

Les questions posées par les membres du jury désignés à vous examiner seront la principale voie d’attaque par laquelle ils essaieront de sonder à la fois vos connaissances théoriques, votre motivation et votre savoir-être en tant que futur professionnel. De manière générale, elles suivront un va-et-vient entre des thématiques liées à votre profil, à l’école pour laquelle vous postulez et des sujets théoriques de management que vous êtes supposé(e)s maîtriser. Ce scénario en quelque sorte prévisible n’empêche pas de se préparer psychologiquement pour tout type de question, car, on va le voir tout de suite, elles peuvent aussi être… plus originales.

Les questions qui sondent votre motivation

MotivationAprès la courte présentation habituellement demandée à chaque candidat(e), une série incontournable de questions va porter sur sa motivation à intégrer l’école concernée. Vous allez à coup sûr en entendre au moins une parmi les suivantes : « Pourquoi êtes-vous ici ? », « Qu’est-ce qui nous différencie, à vos yeux, d’autres écoles ? » ou encore, « Pourquoi avez-vous choisi cette filière ? » Une autre manière de tester sa volonté est de l’interroger sur ce qu’il(elle) pense être en mesure d’apporter à l’école choisie. Dans tous les cas, la règle de base c’est de ne pas donner dans les grandes phrases-clichés, mais plutôt d’essayer de toujours lier sa réponse aux réalités de l’école étudiées au préalable (caractéristiques de son offre de cours, de ses méthodes d’enseignement, de sa vie associative, de son ouverture à l’étranger, de sa collaboration avec les entreprises, etc.). En plus, ce serait utile de s’habituer à toujours illustrer ses propos par des exemples tirés de ses propres expériences de vie et de travail.

Les questions qui cernent votre personnalité

Une autre batterie de questions vise la distinction du profil personnel et professionnel du candidat. A travers sesPersonnalite interventions, le jury tentera de déceler en vous le profil d’un futur manager, avec toutes ses qualités spécifiques : rigueur de pensée, capacité organisationnelle, aptitude à gérer des équipes, éthique personnelle, probité. Parmi les questions les plus fréquentes, vous entendrez : « Quel est le trait de personnalité qui vous définit ? », « Quelle est votre conception de la moralité ? », « Est-ce que vous avez déjà pris des responsabilités ? », « Savez-vous faire des compromis ? », etc. Dans la majorité écrasante des cas, il est recommandé de préparer un court développement argumentatif pour chaque réponse donnée, car, vous allez le constater vous-mêmes, les membres du jury seront friands de détails et de précisions supplémentaires. En ce qui concerne votre parcours d’études, préparez-vous à faire face à un certain nombre de « questions pièges ». Par exemple, devant répondre à « Est-ce que vous avez aimé votre prépa ? », la dernière chose à faire serait de décharger à l’instant tout son sac de ressentiments par rapport aux nombreuses difficultés rencontrées. Essayez donc d’extraire et de verbaliser le positif contenu par chacune de vos expériences scolaire et/ou personnelles. En outre, votre vécu associatif, vos stages, vos petits jobs seront des sujets de grand intérêt pour le jury ; savoir hiérarchiser l’information que vous désirez transmettre vous évitera de vous disperser. Finalement, les membres du jury ne vous épargneront pas le débat sur vos passions. Qu’il s’agisse du sport, de la lecture, des voyages, de la musique, ne vous contentez pas simplement de les lister. Etant, à leur tour, des personnes passionnées par beaucoup de domaines, vos examinateurs seront poussés à élargir avec vous le sujet, parfois par des questions très précises.

Les questions incommodes

Crushed_Chocolatemilk_canIl faut aussi s’attendre à ce que, dans le protocole d’interrogation de l’entretien de motivation, il y ait une petite partie de… provocation. Après avoir fait avec vous le tour de votre parcours et de vos projets, le jury pensera peut-être à tester votre spontanéité, votre capacité de réaction face à des situations imprévues. En guise d’exemple, réfléchir aux questions suivantes : « Qu’est-ce que vous pensez de nous ? » ou bien, « Est-ce que vous pouvez nous faire une démonstration de danse ? » Là encore, il faut s’y prendre avec prudence et intelligence. Par exemple, une réplique humoristique habilement placée peut vous sauver si vous ne vous sentez pas tout à fait capable de… danser.

La plupart des oraux d’école de commerce durent environ une trentaine de minutes. Un temps suffisant, si vous vous y êtes bien pris à l’avance, pour démontrer à votre jury que vous connaissez à fond votre projet d’intégration dans l’école, que vous avez une idée suffisante de la carrière qui vous attend et que vous êtes le candidat idéal. Quant aux questions, rassurez-vous : LA réponse idéale n’existe pas ! Somme toute, il s’agit d’avoir suffisamment réfléchi à soi-même et à la manière de communiquer formellement les conclusions de cette réflexion dans le cadre d’un protocole spécifique. En une phrase : apprendre les règles du jeu pour pouvoir ensuite mieux se démarquer.

trait-pointille-br-PECES

Si vous êtes toujours hésitant(e)s face aux bonnes réponses à fournir au jury lors de votre entretien de motivation, n’hésitez pas à faire appel à notre équipe de professeurs expérimentés dans la préparation de ce type d’épreuve. Pour connaître davantage leur profil et leurs compétences, cliquer ici. Pour télécharger notre plaquette informative et vous renseigner sur les cours particuliers que nous proposons, cliquez ici.

Faites le choix de la réussite avec PECES !

-MD-